Le projet CPES améliorera la qualité de l’eau dans l'espace Manche

mardi 14 novembre 2017

Acronyme: CPES
Durée: 07/2017- 01/2021 (42 mois)
Budget total: 4.019.357 €
FEDER: 2.752.656 €

L’Université de Chichester va diriger un nouveau projet européen de 4 millions d’euros, qui améliorera sensiblement la qualité de l’eau dans un certain nombre de rivières et de lacs situés dans le sud de l’Angleterre et le nord de la France.

Actuellement, 30 à 40 % seulement des eaux se déversant dans la Manche sont classées en bon état écologique. Cela est dû en grande partie à la forte concentration de nitrates et de phosphates dans l’eau, résultant de l’agriculture intensive.

Ce projet, intitulé CPES (Channel Payment for Ecosystem Services – Paiements pour services écosystémiques de la Manche), visera à réduire les concentrations de nutriments en mettant en œuvre six projets pilotes PSE (Paiement pour services écosystémiques) à travers l’espace de la Manche.

Les dispositifs de PSE consistent à offrir des incitations financières aux agriculteurs et aux exploitants de terres pour les encourager à mettre en œuvre des méthodes agricoles plus écologiques, telles que l’orientation des sillons, l’utilisation ciblée des engrais et la plantation d’arbres, qui contribuent à réduire sensiblement les niveaux de lessivage et d’infiltration des nutriments dans le réseau hydrographique. Les incitations sont financées à travers la mise en place d’un marché avec des utilisateurs en aval qui bénéficient d’un approvisionnement en eau plus propre, par exemple les compagnies des eaux et les établissements touristiques.

Les dispositifs de PSE mis en œuvre par le projet encourageront un certain nombre d’améliorations dans les pratiques de gestion des terres en réduisant les coûts et risques liés aux précédents dispositifs de PSE.

Les six zones pilotes, comprenant la rivière Rother dans les South Downs et le Lac au Duc en Bretagne, cibleront 90 exploitations agricoles et exploitations de terres, ainsi que 18 compagnies des eaux.

Le projet CPES encouragera un large déploiement de ce type de dispositifs de PSE, en utilisant les six sites pilotes pour élaborer une boîte à outils de ressources qui sera ensuite mise à la disposition d’autres compagnies des eaux et exploitants de terres dans d’autres endroits. Cette boîte à outils servira de modèle et permettra ensuite de reproduire d’autres dispositifs de PSE commercialement durables à travers tout le pays.

Commentant l’annonce faite aujourd’hui, le professeur Dave Cooper de l’université de Chichester a déclaré : « Nous sommes ravis d’avoir obtenu ce financement européen. Le projet CPES offre une occasion passionnante de collaborer avec des partenaires britanniques et français pour trouver un moyen durable et efficace d’améliorer la qualité de l’eau se déversant dans la Manche, et de réduire les coûts de traitement de l’eau potable ».