Leçons tirées du second appel à projets

mercredi 17 février 2016

Avec l’ouverture du troisième appel à projets du 23 février au 24 mars, le Secrétariat Conjoint souhaite attirer l’attention des porteurs de projets sur un certain nombre de leçons tirées des premiers appels à projets.

 

Qualité des candidatures

  • Les candidats doivent s’assurer que la description de leur projet est claire et synthétique, écrite dans un langage simple. Le résume du projet doit être un message clair sur ce qu’est le projet, ce qu’il réalisera, comment il le fera et quel résultat il apportera.
  • La traduction doit être de bonne qualité, Le Programme travaille à la fois en anglais et en français et les partenaires doivent s’assurer de la qualité de la traduction de leur formulaire de candidature. Les membres du comité ont également souligné qu’une traduction de mauvaise qualité est ressentie comme le reflet d’un partenariat de mauvaise qualité, car il semble que les partenaires n’ont pas relu la traduction de la candidature dans leur langue. 

 

Synergies des projets avec d’autres initiatives

  • Si les projets sont liés à des directives, il doit être clairement expliqué quelles organisations nationales ont été consultées, de quelle manière elles l’ont été et comment le projet apportera une contribution au niveau de décision pertinent. Ne pas faire cela dans la candidature Phase 1 pourra conduire au rejet de votre projet.

 

Ajustement des projets aux priorités et stratégies du Programme

  • Les projets d’innovation sociale doivent être centrés autour des résultats pour les individus, et non pas être génériques
  • Les projets doivent se concentrer sur des réalisations concrètes, qui contribuent aux indicateurs de réalisation du Programme. 

 

Justification des projets 

  • Le besoin pour les projets, ou la défaillance du marché, doit être mieux justifiée
  • Dans le formulaire de candidature les projets ne doivent pas seulement démontrer qu’il y a un besoin pour leur projet, mais également comment ils répondent à ce besoin, et comment les résultats identifiés seront atteints. 
  • La pertinence du partenariat doit être mieux expliquée et justifiée. 
  • Quand il est attendu une augmentation du nombre de touristes, l’impact économique doit être calculé en prenant en compte les dépenses attendues par rapport à la durée du séjour (1 jour, nuitée, 1 semaine…), et en prenant en compte le déplacement de visiteurs. L’objectif du Programme est d’amener de nouveau visiteurs, et non pas, par exemple, de déplacer les visiteurs qui se rendaient auparavant en Bretagne vers la Normandie.
  • Quand il est attendu des créations d’emploi, le type d’emplois créés doit être explicités (qualifié / non qualifié, CDI / CDD / saisonnier …), et les perspectives de carrière.
  • Quand un processus innovant est produit, le but de ce processus innovant doit être expliqué et quantifié (par exemple en termes de pourcentage d’augmentation de la production, ou de réduction des couts, ou de ressources naturelles préservées, …) 
  • Les valeurs de référence doivent être mieux établies – par exemple en justifiant les données qui ont été utilisées pour définir la valeur de référence. Il est essentiel que le Programme sache que la recherche préliminaire a été menée, que les partenaires démontrent qu’ils connaissent leur position et où ils souhaitent arriver à la fin du projet. Vous devez être capables de mesurer le changement.